La préparation et l’accompagnement de la période de sevrage du pouce sont essentiels à sa réussite

La succion du pouce n'est pas la cause principale des malpositions dentaires

La priorité est de rétablir, dans la mesure du possible, une respiration exclusivement par le nez.

La succion du pouce : faut-il intervenit ?

Le nouveau-né puis le nourrisson éprouvent le besoin inné, instinctif de téter, de sucer, et ceci pas seulement pour se nourrir. En dehors des tétées et de toute sensation de faim, bébé s’agite, trouve ses doigts ou cherche autour de lui quelque chose à suçoter, puis s’apaise.

On distingue la succion nutritive (sein, biberon) et la succion non-nutritive (pouce, tétine, doudou).
Par ailleurs la période d’éruption des dents s’accompagne d’un fort besoin de sucer et de mordiller.

La succion est une nécessité et une source d’intenses satisfactions. 

Contrairement aux idées reçues la succion du pouce n'est pas la cause principales des malpositions dentaires. toutes malpositions dentaires est la conséquence d'une perturbation de la qualité de la respiration par le nez, plus la respiration se fait par la bouche plus la croissance des machoîres est perturbée.

La succion du pouce, en modifiant le comportement de la position des lèvres et ou de la pointe du nez, favorise la respiration par le nez.

Comme la respiration par le nez est plus confortable pour l'enfant il est très difficile de lui imposer d'arrêter de sucer son pouce. Un bilan respiratoire fonctionnelle doit être réalisé avant de demander à un enfant d'arrêter le pouce.

Un traitement orthodontique précoce en agissant sur la croissance en lageur de la machoîre suprérieure va aussi modifier la largeur des fosses nasales et ainsi faciliter la respiration par le nez et par concéquent permettrte l'arrêt de la succion du pouce.

 

Et la tétine ?

Depuis une bonne dizaine d’années l’usage de la tétine est en recrudescence.

Mais son utilisation peut être plus nocive. En effet elle demande un effort de succion plus intense que la succion du pouce. La peur de la perdre, si elle tombe, fait que l’enfant s’y accroche d’autant plus.
Par ailleurs la tétine est un objet « valorisé » puisque donné par sa mère.
N.B. L’on constate une utilisation inappropriée du mot orthodontique en parlant des tétines. Une tétine ne traite pas les dents, ne les redresse pas. Elle n’a de valeur ni « physiologique » ni « orthodontique ».

 

Quand la succion « nécessité » se prolonge en succion « habitude », comment intervenir 


Quelques éléments clés pour l’accompagner :

  • Faire un bilan respiratoire fonctionnelle par l'orthodontiste, l'O.R.L.  et éventuellement l'allergologue veavant d'envisager la diminution puis l'arrêt du pouce.
  • Habituer votre enfant à faire un lavage de nez matin et soir avec un sérum physiologique et lui apprendre à se moucher pour dégager son nez et faciliter la respiration nasale.
  • Si nécessaire associer un programme de rééducation de la respiration par le nez.
  • Si  nécessaire mettre en place une première phase de traitement orthopédique fonctionnelle pour stimiler la croissance transversales des machoîres.
  • Choisir une période favorable en évitant les moments de changements familiaux (déménagement, voyage, naissance d’un autre enfant…) qui peuvent le mettre en insécurité
  • Prévoir une période de préparation et d’information.
  • Encourager les efforts et souligner les réussites.

Ce qui est important ce n'est pas l'arrêt de la succion du pouce mais le rétablissement d'une respiration par le nez au repos, lèvres fermées du jour comme de nuit, durant le sommeil.

 

Nos conseils

  • Ne pas focaliser sur la succion du pouce, la priorité est de rétablir, dans la mesure du possible une respiration exclusivement par le nez.

Dr Jean-François Ollu et Pascal Renaud.

Article rédigé par le praticien le 25/01/2015

Le site du cabinet dentaire a été réalisé par Webdentiste.fr